logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/10/2017

Tel était mon village

village  loubejac.png

   J'ai  retrouvé   cette  poésie  écrite  par  Etienne , pour  égayer  un  banquet  de   pétanque  !

il  y  a  une   cinquantaine  d'années , tel  était  mon village !

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

loubejac le clocjer.jpg

En venant  du  chef- lieu on franchit la  rivière 

 et  l'on entre au  milieu  des  arbres  centenaires

Au  dessus  des  platanes  on peut  voir  le  clocher ,

Loubéjac  apparait    tout  au  fond  de  l'allée !

A gauche le moulin , à  droite  les  maisons ,

avec ce  cher Antoine  penché  sur son balcon ,

Timbal  sur  son trottoir  parlant à Blanchetête ,

et plus loin , voici Paul partant pour ses  emplettes  .

Au milieu du virage on aperçoit Arnaud  ,

qui finit  sa toilette  derrière ses carreaux ,

et madame Bivi , le  balai à la main ,

qui nettoie  sa  rigole , en discutant un brin !

L'épicerie Bournet connaît l'animation

,les  clients s'y succèdent à grands coups  de  klaxon , 

 ce  sont  les  gens pressés  qui veulent  de l'essence,

tandis  que  les  piètons  cheminent en silence  !

Et l'on entend  bientôt au centre du  village ,

les rires et les cris , et  les gais bavardages  ,

des enfants  de l'école  à la récrèation ,

plus  loin  "dame Martin "  , avec application ,

arrose  les  pensées  qui cachent  ses fenêtres ,

Billoir dans sa "4 L"  distribuant  les  lettres ,

va  saluer Dauriac  qui part pour sa  tournée  ,

dans  son petit fourgon  , rempli de sa  fournée !

Le patron du  bistrot  balaye  son trottoir  ,

son voisin le  maçon  arrive pour le  voir .

Martin sort son tracteur qui  fume  et  pétarade  ,

Julia  sur  son solex  va vendre ses pintades !

Plus  loin c'est Gobetti qui  explique son rhume 

 a  Valade  employé  à marteler  l'enclume !

Avec les  bois  voisins  où les  cèpes fleurissent ,

son soleil et  ses fleurs  qui font penser à Nice  ,

si les fruits du côteau  ont beaucoup de saveur , 

 c'est la belle rivière qui charme les pêcheurs !

Le programme est complet  pour faire le  bonheur !

Et si malgré tout ça quelque chose vous manque  , c'est sûr ce  ne peut- être  qu'une bonne pétanque !

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Tel était  mon village  et il a  bien changé , il y a  tant d'amis  qui  un jour l'ont quitté !

Mais  la  vie  continue  tournée  vers l'avenir  et  je  garde en mon coeur  tous ces bons  souvenirs !

13/09/2017

Mon Père

 Avant  le  départ  pour  la  guerre 1940 !

                                                        Il avait  ses  deux  bras !

medium__lwf0018.3.jpg

 

Qui a  su l'enseigner  pour  se  forger une âme  ?

si ce n'est  de là-haut , une  céleste flamme ,

un ange c'est certain  lui a tenu la main ,

et  a  accompagné  ce petit orphelin !

Jeune homme  courageux , honnête  et travailleur ;

c'est à la douce Alice  qu'il  offrit le bonheur ,

l'année  suivante  il y eut l'évènement  ,

qui vint combler de joie  les deux jeunes parents !

Quand , quelques  temps après  , les affres de la guerre  , sur la France meurtrie  vont porter la misère 

 Mon père  fut blessé  quelque part en Belgique   , il souffrit le  calvaire  en ces moments tragiques !

Se  forçant à sourire sur son lit de souffrances , il a gardé espoir , la foi  dans l'existence !

Nous l'avons retrouvé  avec sa bonne humeur , ramenant avec lui  le retour du bonheur !

Il  n'avait plus  qu'un bras , y a pas de honte à ça , j'étais fière de lui , fière de mon papa !

Quand Colette arriva comme un cadeau du ciel , la joie fut aussi douce  qu'une larme de miel !

Nous  allions le trouver  à la pêche au moulin , nous  aimions  sa gaité  c'était un  bout-en- train !

Ce qu'il nous  a légué , c'est son honnêteté , apprendre à accueillir  les gens  avec bonté  !

Et savoir reconnaître que le moindre  bienfaît ,  ne peut être oublié mais toujours remercié !

Il ne fut pas un saint , ils  sont rares sur terre , Il était tout pour nous , il était notre Père !

Et nous  l'avons pleuré  , lorsqu'il nous  a quitté  , quand nous parlons de lui , ce n'est qu'avec fierté !

                                                             

photo de 1937

medium__lwf0005_-_copie_4_.2.jpg

                                                                   PHOTO DE 1943

E n 1945  un  grand  incendie s'est  déclaré  au  moulin ,

voici  un extrait  du  rapport  fait  aux  gendarmes medium__lwf0011_-_copie_4_ - Copie.jpg

LEPRON ALBERT 35 ans contremaître et surveillant au moulin de loubejac raconte :
Ce matin vers 5 h15 , mon voisin M SEVEIGNES est venu me crier que le moulin était en feu , ouvrant la fenêtre de ma chambre j 'ai constaté que les flammes sortaient au dessus de l'annexe et des fenêtres du premier étage du moulin, aussitôt j 'ai téléphoné aux pompiers de Montauban et au directeur M COSTES directeur du moulin etc etc
il y en a deux pages 

-----------------------------

Merci  à Mr Baraire  de  m'en avoir  fait  part 

--------------------------------

 LE MAGASIN DU  MOULIN après  l'incendie  de 1945 !

Les  pétanqueurs  de  l'époque  avaient  trouvé  là , leur   terrain de  jeu !

Il y  avait  moins  de  circulation  qu'à prèsent !

Photo  des  années 50  

petanqueurs  moulin.jpg

 

 

12:12 Publié dans VIVRE | Lien permanent | Commentaires (24)

Commentaires

19:35 Publié dans Blog, VIVRE | Lien permanent | Commentaires (4)

17/07/2017

Paroles de la chanson de Calogéro !

«Les Feux D'artifice»

J'étais hissé sur des épaules
Sous ces galaxies gigantesques
Je rêvais en tendant les paumes
De pouvoir les effleurer presque
Ça explosait en fleurs superbes
En arabesques sidérales
Pour faire des bouquets d'univers
Moi, je voulais cueillir ces étoiles

(Refrain:)
On allait aux feux d'artifice
Voir ces étoiles de pas longtemps
Qui naissent, qui brillent et puis qui glissent
En retombant vers l'océan
Et ça fait des étoiles de mer
Ça met dans les yeux des enfants
Des constellations éphémères
Et on s'en souvient quand on est grand

Dans le ciel vibrant de musique
Je voyais naître des planètes
Jaillir des lumières fantastiques
Et tomber des pluies de comètes
Je m'imaginais amiral
Regardant voler mes flottilles
J'ai fait des rêves admirables
Sous ces fusées de pacotille

(Refrain:)
On allait aux feux d'artifice
Voir ces étoiles de pas longtemps
Qui naissent, qui brillent et puis qui glissent
En retombant vers l'océan
Et ça fait des étoiles de mer
Ça met dans les yeux des enfants
Des constellations éphémères
Et on s'en souvient quand on est grand

Puis sous les cieux incandescents
Quelqu'un refaisait mes lacets
Je voyais des adolescents
Au loin, là-bas, qui s'enlaçaient
Ça laissait dans mes yeux longtemps
Des traînées de rose et de vert
Je voyais dans mon lit d'enfant
Des univers sur mes paupières

Nous sommes comme des feux d'artifice
Vu qu'on est là pour pas longtemps
Faisons en sorte tant qu'on existe,
De briller dans les yeux des gens
De leur offrir de la lumière
Comme un météore en passant
Car, même si tout est éphémère,
On s'en souvient pendant longtemps !



 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique